Guide d'achat : Quelle imprimante 3D choisir ?

Sommaire

  1. L’aspect visuel selon la technologie
  2. Les différents matériaux
  3. La vitesse et durée d’impression
  4. Budget et coûts
  5. Recommandations
  6. Fabrication ou production ?
  7. Applications
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Quelle imprimante 3D choisir pour débuter en impression 3D ?

Faire le choix de la technologie d’impression 3D adaptée à son besoin est le premier pas à faire dans la recherche d’une solution d’impression 3D. Pourquoi choisir une imprimante FDM à dépôt de filament fondu plutôt qu’une imprimante résine ? C’est ce que nous tentons de découvrir au travers de ce guide d’achat sur quelle imprimante 3D choisir.

Quand on choisit sa première imprimante 3D, il est important de bien connaître les possibilités, les avantages et les limites de son matériel. Chaque technologie a des avantages sur les autres en termes d’aspect visuel, de résistance mécaniques et les délais d’impression peuvent varier suivant la technologie choisie. Dans ce guide, nous étudions et nous allons vous guider pour que vous puissiez décider de la technologie et des points importants dont vous aurez besoin pour vos impressions.

Guide impression 3D

Guide de l'impression 3D

Vous ne connaissez pas bien l'impression 3D. Découvrez ce qu'est l'impression 3D dans notre guide de l'impression 3D !

Les questions à se poser avant de choisir son imprimante 3D

Débutons ce guide en évoquant les principaux paramètres différenciants entre ces différentes technologies de fabrication additive. Il faut bien comprendre les différences entre les modèles et les marques pour choisir le produit qui correspondra le mieux à vos besoins et attentes.

Il existe de nombreuses différences entre les imprimantes 3D et nous allons comparer dans la première partie de ce guide d’achat : les imprimantes 3D Résines (SLA/ DLP) et les imprimantes 3D FDM (à dépôt de filament). Bien que très différentes, ces deux technologies sont aussi très complémentaires et il n’est pas rare de retrouver ces deux types d’imprimantes 3D chez nos clients.

Commençons donc ce guide par découvrir les grandes différences qui existent entre ces technologies d’impression 3D. De l’aspect visuel des pièces imprimées, aux propriétés mécaniques en passant par le budget et les délais de production. Nous détaillons le plus possible les grandes étapes du choix de votre matériel pour vous aider à choisir le meilleur produit pour votre entreprise.

Choisir l'aspect visuel des pièces produites par votre imprimante 3D

Les résultats visuels sont assez différents entre ces technologies d’imprimantes 3D. Vous retrouverez ici les résultats et spécificités de ces deux technologies de fabrication additive. Pour bien choisir son imprimante 3D, le résultat visuel est souvent un facteur prioritaire.

Selon le type de pièce à fabriquer, à savoir si elles ont plutôt une forme organique ou paramétrique, si elles nécessitent un haut niveau de détails ou une forme complexe sans base plane de fabrication. Souvent, dans le milieu professionnel et dans l’industrie, des imprimantes 3D FDM sont alliés à des matériaux avec de très bon rendu d’aspect visuel pour produire des pièces de très grandes qualités et proposant un très bon rapport aux résistances mécaniques.

FDM print zoom

Dépôt de filament (FDM)

Les pièces produites en dépôt de plastique fondu sont aisément reconnaissables, les couches sont relativement visibles, et le niveau de détails et de netteté est limité aux diamètres de la buse et à ces mouvements d’extrusion.

sla print

Stéréolithographie (SLA/LCD)

Une imprimante 3D résine c’est un aspect de couches peu visible, ici pas d’effet de rotondité des couches. Un niveau de détails, de netteté supérieure, ici le pixel ou le laser ont cette capacité à réduire fortement la taille minimale de fabrication.

Les coloris disponibles, le rendu et la transparence des pièces produites par votre imprimante 3D

Suivant la technologie d’imprimante retenue, il en résultera un choix de matériaux et donc une gamme plus ou moins importante de possibilité en termes de coloris, de rendu, de finition et de transparence des pièces imprimées.

La technologie résine proposera un rendu de très haute qualité avec des détails très fins sur les pièces. Le FDM aura plus de mal avec ce même niveau de détails par exemple mais verra son avantage dans une très large gamme de matériaux disponibles.

choisir-imprimante-3d-fdm

Un large choix en FDM

Un large choix de coloris, d’aspects ou d’effets est disponible. L’aspect visuel est fortement lié à l’épaisseur de la couche et l’orientation, paramètres à choisir dans le logiciel adapté ainsi que le matériau et le filament utilisé.

Moins de choix en résine mais plus de détails

Quelques couleurs disponibles uniquement, un rendu mat mais la possibilité de réaliser des objets translucides voir transparents. Les pièces imprimées en résine et leur faible niveau de rugosité sont particulièrement adaptés à la peinture ou d’autres types de post-traitement.

Quelle imprimante 3D choisir selon les matériaux disponibles ?

Selon vos besoins et exigences techniques, mécaniques et thermiques, choisir la bonne technologie d’imprimante 3D est là aussi primordial. Les matériaux proposés, de type thermoplastique pour le dépôt de filament ou thermodur pour les imprimantes 3D résines offrent déjà des performances bien distinctes.

Il est important de comprendre ces différences et le panel de possibilités offertes avec chaque gamme de matériaux pour comprendre et trouver l’imprimante 3D la plus adaptée à vos besoins.

Les matériaux utilisés dans la technologie FDM sont très connus de l’industrie, comme l’ABS ou le Nylon. Ces thermoplastiques sont utilisées depuis des années pour la conception et la fabrication de produits industriels. Les résines sont au contraire moins connues de l’univers professionnel et elles pourront nécessiter un accompagnement des clients pour les intégrer dans les méthodes de fabrication.

guide-choix-imprimante-depot-filament-materiaux

Dépôt de filament (FDM)

Avec la technologie FDM vous aurez accès à une large gamme de filaments disponibles : PLA, ABS, PETG, PC, PEEK, TPU, NYLON, etc. Des matériaux techniques, performants, connus en industrie, et pratiques quand on souhaite répliquer ou prototyper une pièce injectée ou usinée. Étanchéité, résistance chimique, thermique, au feu, aux impacts, aux frottements, brillant, mat, composites… Techniquement, la gamme de matériaux la plus complète est accessible via cette technologie FFF ou FDM.

guide-choix-imprimante-depot-filament-materiaux

Stéréolithographie (SLA/LCD)

Les résines sont des matériaux thermodur issues d’autres familles, les méthacrylates ou les uréthanes, elles peuvent offrir de bonnes propriétés mécaniques ou thermiques mais moins de performances combinées ou de coloris. Les normes dentaires et médicales (et chirurgicales) dont disposent certaines résines sont propres à cette technologie. On retrouvera également une résine calcinable particulièrement adaptée à la précision de ces imprimantes 3D SLA ou plus largement résine. La possibilité de fabriquer des pièces translucides ou très souples et élastique fait partie des particularités propres à cette technologie d’imprimante 3D.

Vitesse et durée de fabrication

Un facteur important à prendre en compte pour faire le bon choix et qui n’est pas toujours simple à anticiper est la vitesse de fabrication. Une question qui revient fréquemment concerne donc cette durée de fabrication. Il faut déjà prendre en compte bon nombre d’informations pour réaliser ce calcul et cette étude.

D’une impression à l’autre ou suivant les résultats désirés et voulus, une impression pourra avoir des délais de fabrication très variable. On pourra avoir une impression 3D en FDM qui varie entre 3h et 10h suivant les différents paramétrages.

L’épaisseur de couche, l’orientation de la pièce et les supports sont des facteurs qui joueront sur le temps final d’impression.

La logique à avoir en tête et qui est valable pour toutes les technologies de fabrication additive est que plus il y a de couches, plus l’impression sera longue. Notons aussi, que plus le nombre de couches est important et plus l’impression 3D sera fine et donc plus le rendu final et visuel de la pièce sera de qualité.

Choisir la solution de post-traitement liée à votre imprimante 3D ?

La technologie FDM offre l’avantage de pouvoir disposer immédiatement de son objet après impression. Ce n’est pas le cas des autres techniques d’impression.

Pour ce qu’il en est des technologies résine, un processus de post-traitement plus important est nécessaire. Il faudra procéder à un dégraissage à l’alcool, un séchage puis un passage de quelques minutes en chambre UV. Un processus simple et relativement rapide mais nécessaire en plus du temps de retrait systématique des supports. Prévoir 30 min en moyenne.

Ceci étant dit, vous obtenez une pièce finie mais qui nécessite peut-être encore du travail de post-traitement manuel ou de peinture par exemple suivant votre utilisation. La résine apporte un niveau de détails d’un rendu plus lisse que les pièces imprimées en FDM. Cela peut-être une bonne option si vous cherchez à réaliser des pièces purement esthétiques comme pour des figurines par exemple.

Quelle technologie convient à votre besoin ?

Vous savez maintenant quelle technologie répond le mieux à votre besoin et à votre métier. En cliquant sur le bouton correspond ci-dessous, nous allons vous guidez pour découvrir les avantages et les points importants disponibles de chaque technologie Découvrez les points différenciants des imprimantes FDM et résines et comment choisir celle qui vous correspond le mieux.

Comment bien choisir son imprimante 3D FDM ?

Vous savez maintenant que vous désirez acquérir une imprimante 3D FDM, nous allons regarder les points importants et différenciant sur ces machines pour bien choisir son imprimante 3D FDM.

Les besoins sont variés et souvent les réponses aussi. Il est souvent complexe de trouver le matériel parfaitement adapté à votre besoin. Cependant, nous pouvons vous y aider. Cette partie de notre guide d’achat sur le choix de votre matériel d’impression 3D est spécialement développée pour vous permettre de comprendre les avantages et les différentes technologies internes aux imprimantes 3D FDM.

On y retrouvera des précisions différentes, des modes de remplissage, les vitesses d’impression, les supports, le système d’extrusion et la double extrusion ou la technologie direct drive ou encore l’IDEX.

Quels matériaux allez-vous imprimer ?

Suivant les matériaux que vous allez imprimer avec votre imprimante 3D FDM, le choix de celle-ci en dépendra. Les matériaux standards comme le PLA, l’ABS et le PETG par exemple s’imprime sur 90% des imprimantes disponibles sur le marché (Retrouvez les compatibilités matériaux sur les fiches produits de notre catalogue).

Par contre, pour les thermoplastiques techniques voir très techniques,  leur impression est souvent liée aux capacités de la machine. Certains matériaux nécessitant des températures d’extrusion et de plateau élevées.

Il existe bon nombre de matériaux avec des avantages pour chacun, nous vous conseillons notre guide matériau pour en découvrir davantage.

Choisir le volume, la vitesse et la précision de votre imprimante 3D ?

Le volume d’impression et plus particulièrement la dimension plateau sont les facteurs principaux à comparer selon vos besoins. Il faut savoir que plus vous avez des besoins de grands formats, plus vous aurez besoin d’imprimante 3D performante. Non seulement plus grande mais également plus rigide et stable. Les grands formats d’impression nécessitent une plus grande qualité de fabrication pour maintenir la précision et la calibration plateau des plus petites. Réaliser une impression en PLA sur du petit ou plus grand format n’est pas tellement problématique, cela le deviendra sur la majorité des autres matériaux. Utiliser une imprimante 3D à châssis rigide, avec une palpation précise du plateau, et une enceinte thermique sera un minimum.

L’importance de ces éléments est toujours vraie mais encore plus sur les plus grands formats d’imprimante.

Les imprimantes 200×200 en dimensions plateau sont les plus courantes et celles qui sont les plus simples à maîtriser.
Si ce format ne suffit pas, il sera conseillé de passer sur un modèle semi-professionnel ou professionnel pour conserver le même niveau de qualité.

Au sujet des précisions, ne tenez pas compte des informations de précisions ou de vitesse liée à votre imprimante 3D. En général, les valeurs sont purement théoriques.

Il faut comprendre que la vitesse d’impression dépendra déjà du matériau utilisé et de la qualité de l’impression que vous désirez avoir. En imprimant très vite, vous fragiliserez la liaison intercouche et perdrez les propriétés mécaniques du matériau.

Simple ou double extrusion ?

Une fois le matériau défini, passons à la question de la simple ou double extrusion. Allez-vous utiliser un seul matériau ou deux en même temps sur votre imprimante.

Soit vous imprimer en deux couleurs certaines pièces et là l’usage de la double extrusion sera recommandé. Soit vous imprimez des pièces avec des supports solubles par exemple.

En impression 3D FDM simple extrusion, les supports sont imprimés dans la même matière que la pièce. Ce qui laissera des traces sur cette dernière au moment de les enlever et dans les petits recoins ils deviendront compliqués à retirer. La double extrusion permet d’imprimer des supports dans une matière qui sera dissoute dans l’eau une fois l’impression terminée.

Il existe aussi des imprimantes 3D supportant le format IDEX en double extrusion. Cette technologie rend indépendante les deux têtes d’extrusion pendant l’impression et ouvrira de nouvelles possibilités de double extrusion comme la duplication de pièces et le mirroring.

Direct drive ou tube bowden ?

La différence entre les deux technologies vient du positionnement du « feeder » (moteur qui entraîne le filament vers la buse). En tube bowden, le feeder est détaché de la tête d’impression et est déporté sur le côté de la machine. À l’inverse, en direct drive, le moteur poussera le filament directement dans la buse comme le moteur est intégré à la tête d’impression.

Alors lequel choisir ? Et bien, logiquement du direct drive, qui permettra d’imprimer plus facilement de nombreux matériaux car il y aura moins de frottements et donc moins de problèmes.

Cependant, le direct drive rajoute du poids au niveau de la tête d’extrusion. Nous vous recommandons d’utiliser ces systèmes d’extrusion sur des machines solides et bien renforcés comme les Raise3D pour éviter les vibrations.

Une enceinte fermée sur votre imprimante 3D ?

Les imprimantes professionnelles ou semi-professionnelles proposent souvent des enceintes fermées ou des capots sur les imprimantes 3D. Ce qui permet d’une part, de protéger les utilisateurs des particules fines rejetées lors de l’impression des pièces. Et d’autre part, d’optimiser les impressions de vos pièces en limitant les effets de warping sur vos pièces imprimées, d’augmenter et de stabiliser la température lors de l’impression.

La disponibilité des pièces détachées

Les imprimantes 3D FDM s’usent et ont besoin d’entretien. Plus votre entretien sera régulier et moins votre imprimante s’usera rapidement. Le graissage de vos axes et la bonne tension de vos courroies par exemple augmenteront la qualité de vos impressions aussi.

Il sera cependant nécessaire, d’acheter de temps à autres de nouvelles courroies ou simplement des jeux de buses. Les machines professionnelles apportent avec elles un large spectre de pièces de remplacement ce qui n’est pas toujours le cas des machines d’entrée de gamme ou grand public.

Vous souhaitez acquérir une imprimante 3D FDM ?

Découvrez tous nos modèles d’imprimantes 3D FDM dans notre catalogue en ligne et choisissez celle qui répond le mieux à vos besoins. Vous pouvez aussi nous contacter et nous vous aiguillerons vers le matériel le plus adapté pour s’intégrer dans vos process de fabrication.

Comment bien choisir son imprimante 3D résine ?​

Bien choisir son imprimante 3D résine est plutôt simple, mais il faut déjà connaître les spécificités de ces imprimantes 3D. Elles existent en réalité sous différentes technologies pour ce qu’il en est de la source lumineuse : SLA, DLP, LCD, MSLA ces termes sont souvent mal compris et abusivement utilisés. Dans un premier temps, ce guide va donc expliquer ces particularités pour mieux comprendre les différences, les avantages et faire le bon choix.

Choisir la bonne technologie résine

La technologie DLP est historiquement la première technologie d’impression 3D résine et dispose d’un projecteur projetant l’image de la couche directement sur la résine. Le LCD ou MSLA est le concurrent direct avec un projecteur qui projette la lumière et un écran LCD qui vient masquer les éléments non visibles. Cette technologie LCD a réellement fait chuter les prix et à permis l’essor des imprimantes résines d’entrée de gamme et de milieu de gamme.

Quant à la technologie SLA, elle existe sur une large gamme de machine professionnelle, elle a comblé les lacunes du DLP pendant plusieurs années en proposant une technologie laser très précise et éprouvée. La technologie SLA est aujourd’hui toujours très largement utilisée.

La technologie LCD est aussi plus rapide que le SLA car la couche est flashée en une fois alors qu’en SLA le laser se déplacera pour flasher chaque pixel.

Choisir le volume de son imprimante 3D résine

Les formats d’impressions des imprimantes 3D résines sont plus contenus que les versions FDM. Le plus petit format et le plus accessible a une dimension plateau de type : 80 x 120 mm et les plus grands excéderont difficilement les 200 x 300 mm. Peu importe la technologie, le format d’impression suivra la logique de prix.

Une plus grande imprimante 3D résine nécessite une plus grande attention au mouvement de couche, qui est l’élément critique de cette technique d’impression 3D. Un grand plateau de fabrication nécessite une performance particulière de votre bac de fabrication pour y faire fonctionner les plus techniques des résines.

En somme plus votre imprimante aura un grand volume et plus il y a de chance de rater des impressions à cause de l’adhésion de la première couche au plateau et plus elle vous coûtera cher en pièce de remplacement (plus l’écran est grand et plus il coûte cher).

Nous vous recommandons de toujours choisir le modèle le plus adapté à votre besoin.

Quelle vitesse et résolution choisir ?

En termes de vitesse, la technologie LCD/MSLA ou DLP aura le dessus par rapport au SLA. En SLA le laser se déplace pixel par pixel et vient flasher la résine en chaque point.

En LCD ou DLP la résine est flashée d’un coup sur toute la surface de la couche, seul le temps d’exposition de la résine est important. Suivant les modèles vous pourrez avoir des imprimantes avec des temps d’exposition différents. Bien entendu, plus le temps d’exposition est bas, plus l’impression de la pièce est rapide.

La résolution de votre imprimante résine sera un facteur important dans la précision de cette dernière. Plus votre écran et la résolution de ce dernier sont élevés et plus votre impression présentera de détails.

Attention cependant car une résolution plus importante augmentera le coût de l’imprimante et les écrans si vous devez les changer vous coûteront aussi plus cher.

Consommables et pièces détachées

Les imprimantes résines à l’instar des imprimantes FDM nécessitent moins d’entretien des pièces mécaniques. Cependant des pièces comme le bac de résine et les films FEP (antiadhésif) peuvent être changés régulièrement.

Ce sont des consommables et des pièces d’usures assez courantes en résine et nous vous recommandons d’en avoir toujours quelques-unes d’avance pour simplifier la gestion de vos résines et les changements de ces dernières.

Les options de votre imprimante résine

Les calibrations des plateaux de fabrication sont importantes afin de garantir une bonne accroche de l’impression sur son plateau et une bonne précision. La calibration manuelle des imprimantes d’entrée de gamme MSLA ou LCD est les plus récurrentes des tâches. On recommandera un réglage plus fréquent de celui-ci alors que cela n’est pas nécessaire sur les versions plus professionnelles.

Résine avec déversement automatique, contrôle du niveau, détection du type de résine et paramétrage automatique sont des options que l’on retrouve quasi systématiquement sur les versions dites professionnelles. Les modèles les plus accessibles font souvent l’impasse sur ces assistances, capteurs et interfaces connectées pour se concentrer sur l’essentiel.

Les résines et matériaux disponibles

Les résines disponibles selon votre imprimante 3D sont généralement assez proches pour ce qu’il en est de la gamme générale des matériaux. Résine standard, ABS-like ou Tough, Translucide, Flexible, etc. Elles sont disponibles sur tous les modèles pour tous les logiciels.

Les différents matériaux proposeront des résistances et des propriétés différentes suivant vos besoins et les modèles que vous souhaitez imprimer.

Les hauteurs de couche et le niveau de détails de la pièce peuvent être amenés à changer suivant le matériau et la résine imprimée. Chaque marque de résine aura ses propres recommandations d’impression.

Bien choisir sa station de post traitement résine

La grande différence avec le FDM est la presque obligation de post-traité les pièces une fois imprimée. Nous vous conseillons d’acheter votre imprimante avec un Wash et un Cure.

Le Wash permettra de nettoyer la pièce grâce à de l’IPA (alcool isopropylique) et le Cure viendra polymériser et durcir la résine pour lui donner toutes ses propriétés.

Vous souhaitez acquérir une imprimante 3D résine ?

Découvrez la gamme d’imprimantes 3D résines que nous proposons et trouvez celle qui correspond à vos besoins. Nous sommes à votre disposition pour vous conseiller dans le choix de votre matériel d’impression 3D résine.

Product added to wishlist